Un mois au Népal

Introduction

Le Népal a été mon premier grand voyage solo. Un peu stressée au début, mais ce fut une grande révélation, ça reste aujourd’hui le voyage qui m’a le plus marqué d’un point de vue humain. En effet, le Népal ne peut laisser indifférent, j’y ai été confrontée à des scènes marquantes, choquantes, touchantes, et magiques. Je vais vous faire le résumé d’un itinéraire d’un mois au Népal, mais sans trop de détails car cela remonte à 2014. Le Népal est aussi le pays parfait pour les voyageurs en petit budget, puisque vous pouvez avoir des nuits pour 3€ en chambre privée et manger pour mois d’un euro. Les transports sont aussi plus qu’économiques. A la fin, je vous mettrai un budget approximatif pour ce mois au Népal, toutes dépenses comprises.

Nb. Ce voyage a été effectué avant le tremblement de terre, il y a donc certains monuments qui n’existent certainement plus.

Généralités

Période : mai 2014

Durée : 1 mois

Avec ? seule

Climat : chaud sauf dans l’Himalaya

Formalités d’entrée : passeport et visa nécessaires. Vous pouvez effectuer votre visa à l’arrivée ou avant le départ. Il coûte 30€ pour 15 jours et 50 pour 30.

Information sur les logements : je n’ai jamais réservé mes logements à l’avance, j’ai toujours pris sur place au jour le jour. Je ne pourrais donc pas vous diriger vers un hôtel en particulier. Cependant, j’ai fait la recherche pour vous sur booking, je vous conseillerais donc un hôtel pour chaque ville (toujours bon marché, en chambre privée, et bien noté sur le site). Le Népal est le pays que j’ai fait avec les hôtels les moins chers, ne soyez pas effrayés de voir des chambres à 5€, il n’y a pas d’arnaque, c’est juste normal. 

Comment se déplacer

En ville

Microbus : Dans les villes, je ne me suis déplacée qu’en microbus. Ce sont les bus locaux qui ne coûtent que quelques roupies. Il y a des stations officielles et non officielles, lorsqu’un microbus arrive, vous criez au chauffeur le lieu où vous voulez vous rendre et il vous confirmera s’il y va. Attention, s’il se met à y avoir du vent et de la pluie, les microbus se remplissent à une vitesse grand V. En effet, les villes deviennent assez dangereuses car les enseignes des magasins, cafés étant mal fixés, cela vole de partout. C’est pourquoi les gens s’abritent au plus vite. Vous avez donc des chances de vous retrouver dans un microbus le corps à moitié à l’extérieur, ou portant un enfant, ou assis sur les genoux de quelqu’un. C’est assez drôle.

Taxi : J’ai pris le taxi une seule fois, c’est très bon marché au Népal.

Entre les villes

De ville en ville, les bus locaux ne coûtent aussi qu’une poignée de Roupies. Je n’ai pris que ce type de bus où le confort est rudimentaire mais c’est ce qu’il y a de plus économique. Si vous voulez plus de confort et la clim, allez dans les agences locales, qui vous proposeront des bus privés à prix plus élevés. Je n’ai pas testé personnellement mais je sais qu’il y a de nombreuses compagnies qui proposent ce type de bus ou van.

Aéroport-ville 

Vous pouvez prendre le bus ou le taxi. Le bus se trouve à l’extérieur de l’aéroport, il faut marcher un peu. Dans mes souvenirs le taxi était de 600 roupies soit 5€ mais je n’en suis plus sûre. 

Gastronomie

Mes repas se résumaient à quatre plats différents.

          Le fameux Dal Bath que vous mangerez à toutes les sauces. Il est composé de riz blancs, d’un bol de soupes aux lentilles, et parfois des pommes de terre, haricots verts, poisson ou poulet.

          Ensuite, il y avait les Momo. Ce sont des raviolis vapeur fourrées.

          Aloo Paratha qui est une sorte de crêpe salée fourrée de pommes de terre et d’épices.

          Thupka, qui est une soupe de nouilles.

La gastronomie népalaise ne se limite pas à ces plats, mais c’est ce que j’ai mangé principalement.

Katmandou

J’ai passé environ 12 jours à Kathmandou. Avant de partir, j’avais rencontré sur le site du routard Ludivine, une dame qui vit au Népal 3 mois dans l’année et aide au développement du pays par divers moyens. Elle a créé une association avec un ami Népalais.   Je l’ai donc rencontrée sur place et nous avons passé un peu de temps avec les enfants. Elle cherche régulièrement des volontaires ou des personnes qui aident par différents moyens. Elle organise aussi des échanges entre écoles en France et au Népal (les enfants ne se déplacent pas).  Après le tremblement de terre, elle a fait de nombreuses collectes de vêtements qui ont été envoyés. Si vous voulez son contact, voici la page facebook de son association.

Où dormir

Sara’s backpackers hotel, 5€ la nuit, petite chambre double avec salle de bain, salon et cuisine en commun.

Il y a beaucoup de choses à visiter dans cette ville, malheureusement depuis le tremblement de terre je pense que certains monuments ont été détruits, je vous recommande donc de vérifier cela avant de le mettre sur votre liste.

Que faire

  • Swayambunath est un temple bouddhiste magnifique, pour l’atteindre vous devez monter des centaines de marche. Il est aussi nommé The Monkey Temple, en référence au nombre très important de singes qui y logent. D’ailleurs, évitez de vous promener avec un sac en plastique à la main, vous risqueriez de vous le faire voler par un de ces petits singes. Il y a des frais d’entrée.
  • Thamel est le quartier branché de la capitale, c’est ici que la plupart des touristes se logent. C’est là que vous pourrez faire vos achats en général. S’il vous manque des affaires pour faire votre trek, pas de souci, vous trouverez de tout et pour toutes les tirelires.
  • Durbar square. C’est une place de la ville qui fut la résidence des rois. Il est classé comme World Heritage par l’UNESCO. L’entrée est payante mais on peut voir un peu de l’extérieur.
  • Patan et Bhaktapur sont des cités anciennes et médiévales qui représentent le Népal d’antan. Ils ne sont pas à Kathmandou même, mais vous pouvez prendre le microbus pour quelques Roupies pour vous y rendre. Les entrées sont payantes.

Trek dans l’Himalaya

Comment passer au Népal sans effectuer un trek dans l’Himalaya ? C’est tout bonnement impossible, en tout cas de mon point de vue personnel, tellement la culture au sein de ces montagnes est riche.

Faire son trek seul ou avec un guide ?

Il y a certains treks que vous pouvez faire seul tellement il y a de monde sur la route, vous ne serez jamais vraiment seul ou vous sentirez en sécurité. Je n’ai pas testé, mais c’est le retour des voyageurs que j’ai rencontré l’ayant fait solo. C’est notamment le cas du Tour des Annapurna. Apparemment, vous pouvez négocier d’être logé gratuitement dans les lodges à condition de consommer le repas chez eux. Certains treks sont interdits d’accès sans guide, notamment le Manaslu. Si je devais y retourner, je ferais certainement celui-là. Il y a d’autres treks, nombreux, que vous pouvez faire seul, cependant je ne le recommande pas. En effet, vous pourriez vous perdre ou vous blesser et ne croiser personne en chemin pour vous porter secours. C’est toujours un risque à prendre, et il arrive que des randonneurs disparaissent.

Mon trek avec un guide : informations et contact

Personnellement j’ai effectué un trek d’une semaine, le trek d’Helambu dans le parc national du Langtang. Le départ se fait de Kathmandou. J’ai pris un guide local indépendant que j’ai trouvé grâce à Ludivine, une fille qui connaît bien le Népal et que j’avais contacté sur le site du routard avant de partir. Sur le site du routard j’avais aussi cherché une personne pour partager ce trek avec moi, ne voulant pas le faire seule avec le guide. J’ai eu la chance de trouver Elodie que j’ai retrouvé à Kathmandou avant le départ. Nous étions donc trois. Pour trouver des compagnons de voyage, rendez-vous sur la rubrique Bourse des équipiez du site du routard.

Notre guide, Gelzen Sherpa, a été fantastique. Nous avons été ses premiers clients en tant que guide indépendant, car auparavant il travaillait pour une agence. Le prix que nous avons payé était plus que raisonnable en comparaison aux prix des agences, et pour Gelzen c’était tout bénef aussi. Que demande le peuple. Il y a un permis de trek à effectuer, le guide s’en occupe, il aura besoin de photos d’identité.

Le trek était magnifique, nous étions 3 et nous traversons divers villages qui permettent de voir la vie des habitants aux cultures et ethnies différentes. Nous avons même assisté à un mariage. C’est très fatigant mais le jeu en vaut la chandelle. Prévoyez des petits gâteaux dans votre sac pour le snack, pour le reste des repas ne vous inquiétez pas, le guide s’occupe de tout. Nous avons logé la plupart du temps chez l’habitant qui nous préparaient le dîner et le petit déjeuner. Le guide s’occupe de tout, les nuits et repas sont compris dans le forfait, mais pas l’eau.

Je pense que le trek d’Helambu n’est pas le plus spectaculaires niveau paysages, mais par contre c’est sûrement un de trek les moins fréquentés. Nous n’avons croisé que très peu de touristes.

Si vous voulez contacter mo guide Gelzen, voici son site web http://himalayanworldadventure.com/

Difficulté

Il y a eu des moments très difficiles niveau physique, mais quand on regarde les paysages autour de soi, on comprend de suite pourquoi on l’a fait. J’avais un sac à dos de 10 kilos. Il faut des vêtements pour la chaleur et pour le grand froid. J’ai croisé des touristes ayant engagé un porteur. Beaucoup le font. Pourquoi pas, c’est leur gagne-pain. Par contre, j’en ai croisé qui leur ont donné des charges énormes (un porteur pour porter les affaires de deux personnes). Je trouve ça absolument pas correct, c’est à nous de prendre nos responsabilités et engager deux porteurs à ce moment-là. Je ne suis pas là pour juger des pratiques des gens mais voir ces porteurs souffrir avec plusieurs sacs sur le dos pour que l’on puisse en tant que touristes profiter des beaux paysages ce n’est pas possible. 

Pokhara

Où dormir : Hotel Bishram, 6€ chambre double avec salle de bain commune, 400 mètres du lac, certaines chambres offrent une vue sur le lac, la piscine ou la montagne. Ils ont des chambres avec salle de bain privée pour 11€ la nuit.

Je n’ai pas tellement d’informations sur cette ville puisque je n’y ai passé qu’une journée. Après le trek, je suis allée m’y relaxer, la ville jouit d’une vue spectaculaire sur les montagnes. Il y a aussi un grand lac sur lequel vous pouvez faire un tour de barque. 

Chitwan

Où dormir : Safari Wildlife Lodge and Camp – 5€ la nuit, chambre double avec salle de bain privée et petit-déjeuner inclus.

Enfin, la dernière étape de ce séjour fut la visite d’une région du Sud du Népal, Chitwan. En y arrivant en bus, il y a eu un attroupement de personnes autour moi, tous voulaient quelque-chose de différent, que je les suive que j’aille dans leur hôtel, et je ne sais quoi d’autre. Vraiment beaucoup de monde. J’ai réussi à me frayer un chemin et à prendre un transport avec 3 autres visiteurs que j’ai suivi. Il y fait très chaud. Vous pouvez aussi y voir des éléphants traverser la ville. Aussi, c’est très beau et c’est le point de départ de nombreux safaris où vous pourrez voir des rhinocéros, ours, crocodiles et même, pour les plus chanceux, des tigres.

 Vous pouvez faire les safaris de différente manière : à pied (à vos risques et périls), en jeep, ils proposent aussi à dos d’éléphant que je ne recommande pas à cause du traitement de ces animaux. Organisez le safari directement avec la Guest House.

En dehors es safaris, il est agréable de simplement se balader dans les villages. 

Conclusion – Budget

J’ai fait ce voyage en tant que fille seule et je n’ai pas été confrontée à des problèmes particuliers. Par contre, sachez qu’à ce jour c’est certainement le pays où j’ai vu le plus de pauvreté.

Vol A/R depuis Paris : 580€

Visa : 30€

Trek dans l’Himalaya tout compris (sauf eau) pour 8 jours : 300€

Nuits : environ 100€

Repas : environ 100€

Transports : environ 30€

Achats, divers : environ 50€

Vous pouvez donc passer un mois au Népal, en effectuant un trek dans l’Himalaya avec guide pour moins de 1200€. Vous pouvez le faire de manière plus économique en jouant sur le prix des billets et en faisant un trek sans guide (ce que je ne recommande pas, tout dépend du trek comme je l’ai expliqué). 

Laisser un commentaire

Translate »